Histoire du massage

27 août 2017 / By Sébastien Pinsard
histoire du massage massagetherapieparis
Le massage : une méthode ancestrale de plus de 5000 ans

La pratique du toucher comme méthode de guérison découle de coutumes et de techniques enracinées dans l’histoire ancienne.

Les civilisations antiques et orientales ont depuis longtemps constaté que la thérapie manuelle pouvait soigner les blessures, soulager la douleur, prévenir et guérir certaines maladies, aider à réduire le stress et permettre une relaxation profonde.

Émergence en Inde d’une forme de massage

Environ 5000 ans avant notre ère

L’Ayurveda est le système d’auto-guérison naturel le plus ancien au monde dont les racines remontent à plus de 5 000 ans pendant l’époque védique : période philosophique pendant laquelle les rishis, grands sages brahmanes de l’Inde exploraient la conscience individuelle et universelle (la nature) donnant ainsi naissance aux 4 Védas : ensemble de textes sacrés et de traditions orales transmises par ces rishis :
– Sama-védas : chants religieux
– Rig-védas : poésie, prières brahmanes
– Yajur-véda : science des mantras
– Atharva-véda : maladies, anatomie/physiologie, plantes botaniques

C’est ce dernier qui donna naissance plus tard à l’Ayur-véda.

L’Ayurveda considère que les individus augmentent le risque de contracter des maladies ou d’avoir des troubles corporels lorsqu’ils ne vivent plus en harmonie avec leur environnement. Pour guérir ou diminuer le risque de maladie ou de troubles, les individus doivent restaurer leur équilibre mental et corporel en rétablissant l’harmonie entre leur corps et le monde qui les entoure. Dès lors, ils peuvent commencer à se guérir de manière naturelle.

Le massage ayurvédique tente d’équilibrer le Vata (air : systèmes nerveux et hormonal), le Pitta (feu : systèmes digestifs et enzymatiques) et le Kapha (eau : tous les fluides). Généralement effectué sur tout le corps (Abhyanga), il peut se concentrer parfois, sur une seule partie de la tête (Shirodhara), ou encore sur la plante des pieds (Kansu).

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

La particularité du massage ayurvédique est qu’il s’agit d’un soin individualisé, destiné à rétablir un équilibre général dans l’ensemble du corps du patient. Aussi, le praticien se doit d’adapter son soin selon le profil de son patient. Si celui-ci est plutôt Vata, le massage sera alors lent, et réalisé à l’aide d’huiles lourdes nourrissantes. A l’inverse, si le profil du client est plutôt Pitta, le soin sera plus stimulant et plus rapide.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
Apparition du massage en Égypte et en Chine

Entre 3700 et 2500 ans avant JC

Égypte et réflexologie

Certaines peintures tombales en Égypte représentent des individus massés par d’autres. En outre, les Égyptiens sont reconnus pour avoir créé la réflexologie approximativement 2500 ans avant notre ère. Puis celle-ci se répandra par la suite en Inde et en Chine.

La réflexologie que l’on connait actuellement est initiée en 1913 par le docteur William Fitzgerald qui parviendra à définir 10 zones énergétiques de travail – les zones réflexes – allant de la tête aux pieds et se terminant dans les doigts et les orteils. C’est ensuite dans les années 30 qu’Eunice Ingham, un thérapeute, va pouvoir affiner ces zones de travail.

Le principe de base de la réflexologie est de permettre la libre circulation de l’énergie vitale dans les différents organes du corps, et jusque dans chacune des cellules vivantes. En cas de blocage, la personne peut ressentir de la douleur lors de la manipulation, signe de dépôt de cristaux dans la zone réflexe.

L’action du massage servira alors à les casser pour soulager la douleur et rétablir la bonne circulation de l’énergie. La technique consiste à masser certains points réflexes qui, selon la médecine traditionnelle chinoise correspondent chacun à un organe, une glande ou encore une partie du corps.

Chine, le An-mo

Le Nei Jing Su Wen (3700 ans avant J.C), attribué au mythique Empereur Jaune et fondateur de la civilisation chinoise Huangdi, serait le premier traité de médecine chinoise traditionnelle. En plus d’être un important ouvrage d’acupuncture, il y consacre 30 de ses différents chapitres au massage (le An-Mo) et à la gymnastique.

En 2700 avant J.-C, le Chinois Kong Fu fait une liste exhaustive des techniques du massage et des exercices de gymnastique utilisés dans la pratique chinoise des arts martiaux « pour favoriser l’harmonie entre les facultés intellectuelles et les différentes parties du corps afin que l’âme ait un serviteur puissant et fidèle ». Le massage fait ainsi partie des plus anciennes méthodes thérapeutiques extrême-orientales avec la pharmacopée, l’acupuncture et la moxibution.

Les méthodes de massage chinois partent du principe que des maladies et les troubles corporels récurrents surviennent en raison d’une déficience ou d’un déséquilibre de la circulation de l’énergie dans les canaux spécifiques (appelés aussi « méridiens ») qui constituent notre système physiologique.

Grâce aux massages et à d’autres techniques corporels, l’énergie circule plus harmonieusement à travers ces canaux, ce qui permet au corps de se guérir naturellement.
Ces techniques incluent le Tui Na, l’anmo, l’acupuncture et l’acupression, pour n’en nommer que quelques-unes.

En Chine, le massage fait complètement partie du système de santé si bien que l’on trouve un service de massothérapie occupant deux étages de l’un des hôpitaux de Shanghai.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
Développement du massage Thaï

2500 ans avant JC

Le massage médical traditionnel de Thaïlande, généralement connu sous le nom de massage thaï, est une des pratiques curatives les plus anciennes du monde. Ses origines viennent de l’Inde pendant la vie du Bouddha, il y a plus de 2500 ans. Il a été apporté en ce monde par un saint, « le Père Docteur Shivago Komarpahj« , un contemporain de Bouddha dont certains disent qu’il en était le médecin personnel ainsi que le médecin du Roi de l’Inde.

Pendant que le Bouddhisme s’étendait en Inde, cette médecine curative s’est propagée avec lui. Tôt dans son développement, elle a trouvé son chemin en Asie du Sud-Est où, pendant des siècles, elle a été exécutée par des monks en tant qu’élément de médecine thaïe indigène. Les thaïs, comme beaucoup d’autres en Orient, ont vu la maladie comme un déséquilibre dans le corps/esprit et elles auraient cherché l’aide du temple local. Elles ont été traitées avec les quatre éléments de la médecine thaïe traditionnelle : régime alimentaire, utilisation des plantes et des herbes, consultation spirituelle (principalement la méditation et les principes bouddhistes), massage thaï (qui a constitué l’épine dorsale du traitement physique)

Tandis que son évolution est obscurcie par le temps et le manque d’écrits, on peut voir qu’il est considérablement influencé par le yoga, la médecine Ayurvedique, et la médecine chinoise traditionnelle.

Le massage thaï traditionnel maintient encore aujourd’hui les éléments de cette forte descendance spirituelle. Les praticiens commencent leur jour de travail avec une prière au Père Docteur, qui est lue dans la langue originelle de Pali, et se remémorent les quatre états d’esprit divins des enseignements bouddhistes: compassion, bonté , joie, et équilibre.

Les techniques utilisées se déclinent en deux catégories : le style de la Cour et le style du peuple. Dans la première, seuls les pouces sont utilisés tandis que le thérapeute fera aussi l’usage des genoux, coudes et pieds dans la seconde.

Des pressions d’une intensité variable sont exercées sur les lignes d’énergie en fonction de la zone traitée et de l’état physique du client, les mouvements seront plus ou moins vigoureux. Enfin, une phase d’étirements est également courante dans le cadre des massages thaïlandais.

Les moines bouddhistes japonais importent le massage thérapeutique et énergétique

Environ 1000 ans avant JC

À partir de 1000 ans avant notre ère, les moines japonais étudiant le bouddhisme en Chine ont observé les méthodes de guérison de la médecine traditionnelle chinoise, y compris le massage thérapeutique et énergétique. Le Japon a rapidement commencé à importer et à personnaliser les techniques de massage chinoises, ce qui a donné lieu au massage japonais traditionnel appelé l’amma.

Cette discipline procédait par vibrations, percussions et étirements. Elle fut par la suite réservée aux non-voyants pour la finesse de leur toucher et leur discrétion forcée qui leur permettaient de masser les femmes. On rencontrait dans les rues des aveugles tenant dans la main droite un bâton de montagne et de la gauche un bout de roseau taillé en sifflet dont ils tiraient un son plaintif et prolongé. Ainsi signalaient-ils leur passage aux familles bourgeoises où pouvaient se trouver quelques sujets à masser. Elle évolua ainsi en une sorte de massage relaxant dénué de toutes connotations médicales.

Il faut attendre la dynastie Meiji (1868) pour que l’Am-Ma, privilégiant cette fois-ci la « pression », fasse à nouveau son apparition dans un contexte plus médical avec la création d’un diplôme d’État pour l’exercer.

Le nom Shi-Atsu pression des doigts ») apparaît au début du XXème siècle et a été à l’origine inventé par Tokujiro Namikoshi (1905-2000) comme un système particulier d’approches corporelles combinant quelques-unes des techniques simples du Amma et une structure théorique basée sur la médecine chinoise.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

A l’image d’un circuit fermé composé de canaux où l’eau circule en y rencontrant des obstacles comme un bâton, des pierres ou encore des feuillages, on considère en Shiatsu que le corps est constitué de voies spécifiques (les méridiens de la médecine chinoise), dans lesquels se déplace le « ki » (notre énergie vitale). Le stress, l’accumulation de tensions physiques ou mentales, et plus généralement nos modes de vie créent autant d’obstacles à la circulation harmonieuse du « ki ».

Les praticiens Shiatsu stimulent les points de jonction des méridiens dans le corps en utilisant les pouces, les doigts et les paumes, travaillant sans aiguilles. Grâce à ces stimulations périodiques, les blocages se dissipent et le flux énergétique redevient harmonieux.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
Athlètes et philosophes introduisent le massage en Grèce

Entre 800 et 700 ans avant JC

Dérivé des philosophies et des pratiques orientales, le massage a commencé à se développer dans la civilisation occidentale vers le VIIIe siècle avant notre ère.

Hippocrate le Grand, né dans l’île de Cos vers 460 avant J.C. et mort à Larissa vers 377 avant J.C., était un médecin grec et reste toujours considéré comme le « père de la médecine ». Il fait partie des Asclépiades, famille de prêtres-médecins vénérant Asclepios (dieu de la médecine). L’enseignement qui ressort de ses traités de médecine (le Corpus hippocratique et ses Aphorismes) apporte trois innovations qui marqueront durablement la médecine occidentale :

l’élimination de toute considération religieuse dans le traitement

le raisonnement théorique des examens (le plus connu a donné naissance à la théorie des 4 humeurs : bile jaune, bile noire ou atrabile, phlegme ou lymphe et sang)

la création d’une véritable déontologie médicale représentée par le célèbre Serment d’Hippocrate dont une version modifiée est encore prononcée de nos jours par les médecins à la fin de leurs études. Le premier aphorisme (« La vie est courte, la médecine est vaste, l’expérience trompeuse et l’occasion fugitive ») et la devise d’Hippocrate (« Avant tout, ne pas nuire ») restent considérés comme la base de l’art médical.

Hippocrate utilisait des frictionsanatripsis ») pour traiter les traumatismes orthopédiques, affirmant que « le frottement peut resserrer une articulation trop lâche et détendre une articulation trop rétractée ». Les Grecs, intéressés par la beauté et l’éducation physique pratiquèrent le massage à tous les niveaux de la société, du maitre à l’esclave, dans des buts divers, notamment : la détente après les bains, l’assouplissement des tissus, l’accélération d’une convalescence en préparation et après les épreuves de force des lutteurs pour régénérer le corps ou soulager les douleurs après les jeux des gladiateurs.

La pratique du massage se répand à Rome

Entre 200 et 100 avant JC

À Rome, au cours du premier siècle avant notre ère, Galien, médecin romain, a commencé à utiliser le massage thérapeutique pour traiter différents types de douleurs physiques et de maladies.

Il a commencé à exercer auprès de gladiateurs et a acquis ainsi une expérience pratique des traumatismes et des connaissances approfondies en anatomie, discipline qu’il considérait être la base du savoir médical. Après un bref séjour à Rome, il acquiert une telle renommée qu’il est appelé en 169 après J.C. par l’Empereur Marc-Aurèle et Lucius Verus comme chirurgien des armées. Il devient ensuite médecin personnel de Commode et jouit de la faveur impériale jusqu’à sa mort.

En matière médicale, Galien s’est beaucoup inspiré d’Hippocrate (dont il complète la théorie humorale) mais aussi d’Aristote. Il étudia longuement l’anatomie, la physiologie, l’hygiène et la pharmacologie (on parle encore de forme « galénique »). Considéré d’ailleurs comme le «père de la pharmacie », il est notamment l’auteur du célèbre Serment de Galien qui édicte les devoirs professionnels du pharmacien. Ce serment est aujourd’hui encore prêté par les docteurs en pharmacie à la fin de leurs études.

Galien croyait en l’exercice, une alimentation saine, le repos et le massage en tant qu’éléments essentiels dans la restauration et le maintien d’un corps sain.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

On peut d’ailleurs citer que Pline, le célèbre naturaliste romain, était régulièrement massé pour son asthme et Jules César, qui souffrait d’épilepsie, se faisait quotidiennement masser afin de soulager ses névralgies et ses migraines.

Tandis que les riches romains recevaient des massages dans leurs maisons par des médecins personnels, de nombreux Romains allaient dans les thermes où des praticiens et des médecins faisaient régulièrement des massages. Les patients se baignaient d’abord et avaient ensuite un massage complet du corps afin de stimuler la circulation et assouplir les articulations. Les massages incluaient généralement l’application d’huiles pour entretenir et assouplir la peau.

Très populaires dans la culture romaine, les thermes finirent par être mal fréquentés, et acquièrent une réputation de lieu de débauche, où la recherche du plaisir et de l’excès prirent le pas sur celle de l’équilibre et de la guérison thérapeutique. Ceci contribua à bâtir une très mauvaise renommée à tout ce qui touchait la pratique des soins corporels qui furent bientôt associés à des moeurs douteuses, au point que l’Empereur romain chrétien Constantin Ier (272-337) ferma les thermes et les gymnases qu’il considérait comme des lieux de vice. Mais l’influence de Galien persistera jusqu’au XVIIIème siècle, en France et en Italie.

Le massage au Moyen-Âge

Le massage disparaît temporairement pendant le moyen-âge par l’omniprésence religieuse qui interdit tout acte entraînant le toucher à des fins agréables. Ces actes sont inacceptables et souvent considérés comme un péché.

Développement en Amérique du Nord et retour du massage en Europe

Du 17ème au 20ème siècle

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

 Le Lomi lomi

 Massage sacré des Kahunas ( Maitres spirituels des îles d’Hawaï) le « lomi-lomi » est transmis depuis des générations. Effectué par les maitres de l’art dans un esprit de purification et de régénération, son nom est issu de la philosophie « Huna » ( prendre soin de), qui enseigne que tout ce qui nous entoure est en recherche d’harmonie et d’amour. « Lomi » veut dire masser, frotter, pétrir, caresser. « Lomi-lomi » c’est le toucher dans l’esprit de Aloha (respect, attention, empathie, amour) qui relie le corps, le coeur et l’âme à la source de vie.

Le « lomi-lomi » est un massage conçu comme un rituel de passage (ex: adolescence vers l’âge adulte) qui s’accompagne de danse et de chants et qui peut se prolonger pendant plusieurs jours. C’est le massage du temple hawaïen qui se donnait autrefois sur un autel de pierre.

Le praticien utilise de l’huile chaude en grande quantité (le plus souvent du Monoï). Les mouvements utilisés sont très amples et plutôt rapides, rappelant ainsi les vagues, la mer, le va-et-vient de l’eau des îles d’Hawaï. Les praticiens lomilomi utilisent surtout les avant-bras pour masser.

Le Deep Tissue

 Au milieu des années 1800, les médecins canadiens développent cette technique, mais ce n’est qu’en 1949 que le médecin Therese Pfrimmer énonce ces lignes directrices dans son livre, « Muscles – Vos liens invisibles.« 

Depuis ce temps, le Deep Tissue (massage profond des tissus) a trouvé sa place dans la médecine du sport et la thérapie physique comme un moyen de contrôler la douleur chronique et de traiter les blessures des tissus mous.

L’accent est mis sur les tissus conjonctifs et les couches les plus profondes de la masse musculaire dans le corps.

Par une combinaison de friction et de pression, en utilisant les doigts, les mains, les coudes et parfois d’autres outils, on travaille à « briser » la tension, ou «nœuds» dans les muscles, offrant une plus grande liberté de mouvement.

Le tissu musculaire est étiré et séparé, assurant une meilleure circulation du sang.

Cette technique aide à soulager la douleur associée à des spasmes musculaires, entorses cervicales, la fibromyalgie, l’arthrose et la fatigue musculaire associés aux blessures.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

Le massage Suédois

 Il a fallu attendre un Suédois du nom de Pehr Heinrick Ling pour que l’histoire du massage reprenne en Europe et qu’il puisse s’imposer au monde entier comme une thérapie manuelle.

C’est son travail auprès des athlètes, en particulier des gymnastes, qui l’a conduit à la recherche de techniques et au développement du massage qu’il va créer, connu sous le nom de massage suédois.

Son travail aboutit à la création de l’Institut central de gymnastique royale en 1813.

Il est généralement considéré comme le « père du massage moderne ». Les techniques qu’il a développées sont considérées comme le fondement de toutes les modalités thérapeutiques du massage: effleurage, friction, pétrissage, tapotement, vibration.

Le Drainage Lymphatique

Le drainage lymphatique a été inventé par le Dr Vodder dans les années 1930, sur des bases anatomiques, il a été perfectionné grâce à l’avancée des connaissances en physiopathologie.

Du côté de la médecine, le but du massage lymphatique est de supprimer le risque d’oedème ou de le réduire s’il est déjà présent quand le système de drainage est insuffisant. Du côté de la beauté et du bien-être, le massage lymphatique a pour but d’activer la circulation lymphatique afin de réduire la sensation de jambes lourdes ou de fatigue, et d’améliorer l’aspect de la peau (réduction de la peau d’orange).

Cette technique se pratique avec les doigts et la paume des mains et repose à la fois sur une succession de tapotements effectués et de vagues formées du haut vers le bas et inversement. Pour clore la séance, le spécialiste refait les mêmes gestes dans l’ordre inversé.

Certains spécialistes utilisent une machine qui reproduit les vagues pour booster la circulation lymphatique, bien entendu, il peut décider de l’intensité et du rythme des vagues. Pour le traitement de la cellulite, il n’est efficace que s’il est pratiqué en alternance avec des mouvements de palper-rouler pour activer la circulation sanguine.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis

Le Massage Californien

C’est seulement au début des années 1970 qu’est né le massage californien : dans le cadre de groupes de travail en psychothérapie au centre d’Esalen, à Big Sur, en Californie (recherche des relations vraies, expression des sentiments et croissance personnelle), les participants vivaient des émotions fortes et parfois douloureuses. Ils s’exposaient courageusement, en révélant des facettes intimes de leur personnalité et en vivant de grands moments de vulnérabilité. Leur besoin se situant plus au niveau d’une affection rassurante, d’une volonté d’être bercé, de se détendre et d’une unification intérieure, cela créa entre eux un désir de soutien mutuel et de rassemblement physique.

Ce n’est qu’à partir des années 1980 que le massage californien s’est progressivement formalisé, développé et enfin popularisé dans le monde entier, où ses vertus particulièrement relaxantes et sensuelles l’ont fait dépasser le contexte new age qui l’avait vu émerger préalablement.

Le massage californien est à la fois intuitif et difficile à appréhender en raison de l’écoute, la compréhension et la perception de l’anatomie, nécessaires pour le pratiquer. Massage de relaxation avant tout, il invite les clients à découvrir leur corps, à l’aimer et à se recentrer, en étant à l’écoute de chaque partie endormie et de chaque émotion cachée. Ce type de soin combine à la fois les gestes doux et les effleurages, destinés à envelopper et relaxer le patient, et les gestes plus fermes et stimulants, destinés à apaiser des tensions plus importantes et plus profondes. Ce massage peut ainsi permettre de libérer des émotions enfouies dans la mémoire corporelle : plus le massé parvient à lâcher prise et à profiter des bienfaits de la séance, plus il approche le « toucher du cœur », terme utilisé dans le cadre de cette pratique.

Le Massage aux pierres chaudes

L’utilisation de pierres chaudes pour soigner remonte aux périodes antiques, mais ce n’est qu’avec Mary Nelson en 1990, thérapeute dans l’Arizona, et sa technique de massage aux pierres chaudes, appelée thérapie LaStone, que l’utilisation des pierres chaudes pour le massage s’est répandue.

Les pierres sont habituellement faites de basalte, un type de roche volcanique noire riche en fer qui absorbe et retient la chaleur.

Les pierres sont immergées dans l’eau puis chauffées dans un dispositif de chauffage électrique jusqu’à ce qu’elles atteignent une certaine température (entre 50 et 60°C).

Les pierres peuvent être placées sur des points spécifiques sur le dos, sur les paumes de la main, ou entre les orteils.

La chaleur chauffe et détend les muscles, ce qui permet au thérapeute d’appliquer une pression plus profonde, si nécessaire.

histoire du massage massagetherapieparis
histoire du massage massagetherapieparis
Aujourd’hui

Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, l’intérêt croissant pour les méthodes de guérison traditionnelles a revitalisé le massage. De plus en plus d’états ont commencé à réglementer sa pratique et édicter des normes de référence en matière de certifications et de niveau de formation. En conséquence, le massage a gagné sa place en tant que forme légitime et respectable de médecine alternative et complémentaire, reconnu pour ses bienfaits dans la prévention des maladies et le maintien du bien-être.

Les massothérapeutes d’aujourd’hui pratiquent une multitude de techniques issues de méthodes anciennes. Ils restent animés par l’objectif originel hérité de plusieurs millénaires : aider leurs patients à rétablir un bien-être physique et émotionnel, afin d’expérimenter une meilleure qualité de vie.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz